Réceptions cicéroniennes des maximes tragiques: un préceptorat moral et politique à la fin de la République romaine - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2011

Réceptions cicéroniennes des maximes tragiques: un préceptorat moral et politique à la fin de la République romaine

(1, 2)
1
2

Résumé

Cet article s'attache à montrer comment la présence dans l'oeuvre de Cicéron de maximes tragiques empruntées à Euripide et à Ennius, tout en s'inscrivant dans la pratique du sermo caractéristique de l'écriture épistolaire et dans une tradition philosophique essentiellement académicienne, est remotivée par l'Arpinate sous l'influence d'un contexte personnel (celui des années 54-43) et historique (la fin de la République). Les sententiae des deux tragiques grec et latin sont relues par Cicéron dans une double perspective, celle d'un préceptorat moral et politique qui vient servir la reconquête d'une auctoritas politique fragilisée par la guerre civile et la dictature césarienne.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00870209 , version 1 (06-10-2013)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00870209 , version 1

Citer

Marie Ledentu. Réceptions cicéroniennes des maximes tragiques: un préceptorat moral et politique à la fin de la République romaine. Réceptions cicéroniennes des maximes tragiques: un préceptorat moral et politique, Jun 2009, LYON (ENS et Lyon 3), France. pp.157-181. ⟨hal-00870209⟩
35 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More