Les fenêtres à Lyon entre 1650 et 1900, des dispositifs techniques qui transforment la ville - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2014

Les fenêtres à Lyon entre 1650 et 1900, des dispositifs techniques qui transforment la ville

(1)
1
Gauthiez Bernard
  • Fonction : Auteur
  • PersonId : 957775

Résumé

The window is a major element of a dwelling building. With the door, it is its main exchange and interaction device, particularly for light. It also materializes the technical possibilities of the moment and constitutes a social interface between interior private space and exterior public and street space. It is also a major climatic interface. Studying the way windows were made and lived as such an interface is not so much interesting as it deals with decors, but in how it evolved through time. Windows were more frequently modified than buildings, when adapted to new techniques and fashions. This evolution reveals also a profound anthropological transformation or urban space seen as continuity from the bedroom to the street landscape, as it also concerned the street climatic equipment, often subject to regulations: roofs, varied protections against light and rain, light dispensation. At Lyons, five main periods can be identified: - Before 1700: The window, generally a sliding one, is separated by a stone cross and adorned with oiled paper, which allows for only a feeble light inside and is not a very efficient thermal interface. - 18th century: glass, still prized, becomes widespread, making easier ocular exchange between interior and exterior. In the mean time, heating is easier for high classes. - 19th century: the window is made of complementary elements: large glassed panes letting a lot of light pass, exterior slatted blinds protecting from the sun, interior shutters for cold. Coal heating becomes available for nearly everybody. - From late 19th century: The windows is if desired the only interface between body and exterior, all intermediary climatic system ("alcoves" partitioning around the bed, interior shutters, slatted blinds...) being suppressed. Only exterior metallic blinds remain, for light and privacy. - From late 20th century: energy is more expensive, which leads to narrower windows and sophisticated technical solutions (double glazing, etc.). Many older windows are replaced. Heritage dealing with windows is very difficult, as they have been generally modified several times since the building's construction.
La fenêtre est un élément majeur des immeubles d'habitation, dont elle constitue le dispositif principal d'échange avec l'extérieur du point de vue de la lumière. En retour, elle matérialise, en fonction des possibilités techniques du moment, une interface sociale entre espace intérieur et espace extérieur, et un lieu de perte de chaleur majeur en période de froid. L'intérêt de l'étude des fenêtres, non comme lieu de décor majeur, ce qui a été l'angle principal d'approche, notamment par les historiens de l'art, mais comme dispositif technique et interface entre espaces public et privé, tient beaucoup à leur rythme d'évolution et à leur signification anthropologique. En effet, elles sont fréquemment modifiées pour être adaptées à des circonstances et modes de faire nouveaux, alors que la structure des immeubles reste inchangée. De sorte qu'on constate dans l'espace d'une ville des immeubles dont les fenêtres ont été modifiées à plusieurs reprises au fil des siècles, à chaque fois pour répondre à des exigences qu'il s'agit ici de comprendre. L'étude menée sur Lyon a conduit à découper cinq séquences majeures : - Avant 1700 : la fenêtre-croisée où le papier huilé domine, faiblement propice à la transparence aux regards, ne constituant pas une interface forte du point de vue thermique. - Au XVIIIe siècle : la fenêtre à la française où le verre domine, favorisant la pénétration du regard et l'ouverture vers l'extérieur, accompagnée du développement du chauffage. - Au XIXe siècle : la fenêtre complexe, à la fois fortement dispendieuse de lumière, mais conçue pour limiter l'impact du soleil par la mise en place générale de stores, sans pour autant être très efficace contre le froid alors que le chauffage au charbon se généralise aussi. - Au début du XXe siècle : le développement de la fenêtre comme dispositif unique entre l'intérieur et l'extérieur, grâce au bas coût du chauffage. - A partir de 1980 : la fenêtre technologique, mouvement actuellement intense de modernisation visant à réduire fortement les pertes thermiques, et développement des pratiques patrimoniales. Ce mouvement conduit à une perte massive d'héritage sur une partie considérée souvent comme mineure des immeubles, effectuée en méconnaissance des états plus anciens. A la succession des séquences de modernité dans la construction neuve s'ajoute le chantier permanent de la modernisation progressive du parc d'immeubles préexistants, à chaque fois souvent de nouvelles prescriptions, d'où une grande complexité du paysage des fenêtres, souvent plusieurs fois modifiées, dans la ville ancienne.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01015126 , version 1 (25-06-2014)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01015126 , version 1

Citer

Gauthiez Bernard. Les fenêtres à Lyon entre 1650 et 1900, des dispositifs techniques qui transforment la ville. Aldo Casamento. Il cantiere della città, the Building of a city. Strumenti, maestranze e tecniche dal Medioevo al Novecento, Tools, Craftmanship and techniques from the Middle Ages to the twentieth Century, Edizioni Kappa, pp.221-248, 2014, Forma urbis II, 978-88-6514-205-9. ⟨hal-01015126⟩
210 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More