" Le fabliau d'Une seule fame qui a son cors servoit cent chevaliers de tous points : une épopée pour rire ? " - Université Jean Moulin Lyon 3 Accéder directement au contenu
Autre Publication Scientifique Année : 2013

" Le fabliau d'Une seule fame qui a son cors servoit cent chevaliers de tous points : une épopée pour rire ? "

Résumé

Chansons de geste et fabliaux semblent appartenir à des univers littéraires incompatibles. Les unes chantent en laisses assonancées ou rimées les exploits accomplis par les chevaliers chrétiens, au service de Dieu et de leur roi. Les autres sont des petits contes à rire en octosyllabes à rimes plates, facétieux, grivois ou obscènes. Aux nobles barons français s'opposent des personnages qui, dans leur large majorité, sont tirés de la classe des "laboratores". Au style et à l'inspiration élevés répondent un ton volontairement trivial et des thèmes prosaïques, tirés de la vie quotidienne. Pourtant, les auteurs de fabliaux et de poèmes épiques se confondaient parfois en un seul et même poète, à l'image de Jean Bodel dont le répertoire comprend la "Chanson des Saisnes" comme le "Vilain de Bailleul", "Gombert et les deux clercs" ou le "Souhait des Vits". Chansons de geste et fabliaux partageaient également un même public, aussi bien aristocratique que bourgeois, et pouvaient se côtoyer au sein d'un même manuscrit. Il serait donc illusoire d'imaginer que ces deux univers littéraires sont restés hermétiquement étrangers l'un à l'autre. Le transfert, sur un mode plaisant, de thèmes, motifs ou formules épiques dans les fabliaux atteste au contraire de la perméabilité des genres au Moyen Âge. Or, si l'on a souvent évoqué les jeux de réécriture instaurés par les récits brefs avec la littérature courtoise, en discutant ardemment pour savoir s'il était possible ou non de parler de parodie, les liens qu'ils entretiennent avec la chanson de geste ont suscité moins d'études approfondies. L'analyse du fabliau d'"Une seule fame qui a son cors servoit cent chevaliers de tous points", petit conte de 192 vers conservé dans un seul manuscrit et fort peu étudié jusqu'à présent, nous permettra d'aborder le fonctionnement et les enjeux de cette intertextualité qui ne vise peut-être pas seulement à distraire le public.

Domaines

Littératures
Fichier principal
Vignette du fichier
D'une seule fame....pdf (382.38 Ko) Télécharger le fichier
Licence : Domaine public

Dates et versions

hal-00861941 , version 1 (07-03-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00861941 , version 1

Citer

Corinne Pierreville. " Le fabliau d'Une seule fame qui a son cors servoit cent chevaliers de tous points : une épopée pour rire ? ". 2013, p. 105-119. ⟨hal-00861941⟩
262 Consultations
30 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More