Destruction de la mémoire, invention de la tradition dans le paysage urbain chinois - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2009

Destruction de la mémoire, invention de la tradition dans le paysage urbain chinois

(1)
1

Résumé

Since the mid-nineteenth-century Opium Wars, a question common to “emergent “, modern "nation-states" has been posed in China: how to regain/establish national sovereignty and autonomy, without losing "essence." In China, while intellectuals wished to combat colonialism in China, it was China's own past that was considered the cause of China's problems. After the Ciommunist takeoevr in 1949, the question of architectural style hardly arose for the Party given their close alliance with Moscow which represented all that was modern and progressive. Soviet architecture imposed itself.The controversy over “big roofs” is interesting. The condemnation of this limited “return” to Chineseness is cast as an economic one, the avoidance of waste.China faces the same problems as other modernizing states,: environmental pollution, global warming, man-induced sandstorms and other climatic problems, the economic and ideological processes that have seen millions pushed out or priced out of their homes that has exacerbated the habitual alienation of modern city life. There will be no undoing, no de-reification of this process of Westernization. Will modernization remain for China a successive questioning of the impossibility of synthesis in he face of a jumble of new national, old local, and Western intellectual and material culture, a confused and aimless consumer society?
Dès le milieu du dix-neuvième siècle, on s'est posé en Chine la question commune aux "états-nations" "émergents" modernes de savoir comment récupérer ou rétablir la souveraineté, l'autonomie nationale sans pour autant perdre son "essence." Cependant que l'essence chinoise, la sinité essentielle se trouvait elle-même mise en question. Après l'arrivée au pouvoir du Parti communiste, la question du style architectural ne se posait pratiquement pas ; étant donné leur étroite alliance avec Moscou qui représentait tout ce qui était moderne et progressif, l'architecture soviétique allait de soi. La controverse concernant les " vastes toitures" est très intéressante. La condamnation officielle du parti communiste de ce "retour" à la sinité était formulée en termes économiques, le besoin d'éviter l'extravagance et le gaspillage. La Chine, comme tant d'autres états en voie de modernisation, fait face aux mêmes problèmes d'environnement, de pollution, de réchauffement climatique, de tempêtes de sable provoquées par l'activité humaine et d'aliénation propre à la vie urbaine moderne, les processus économiques et idéologiques qui ont chassé des millions de personnes de chez elles. Il n'y aura pas de retour en arrière ni de déreification de ce processus d'occidentalisation. Mais, l'occidentalisation demeurera-t-elle pour la Chine une série d'interrogations de l'impossibilité de synthèse face à l'enchevêtrement de nouvelles cultures nationales, d'anciennes cultures locales et de cultures intellectuelles et matérielles occidentales, une société de consommation confuse et sans but?
Fichier principal
Vignette du fichier
DESTRUCTION_DE_LA_MEMOIRE.pdf (1.91 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-00366477 , version 1 (08-03-2009)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00366477 , version 1

Citer

Gregory B. Lee. Destruction de la mémoire, invention de la tradition dans le paysage urbain chinois. Colloque International « Espace de l'esthétique, esthétiques de l'espace », Mar 2009, Lyon, France. ⟨hal-00366477⟩
156 Consultations
358 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More